Le Diable à Yquem, par Bernard Clavel

Le Diable se promène sur la route qui mène à Yquem, l’un des plus célèbres terroirs viticoles de la planète… Il y rencontre Isabelle, la fille du vigneron Alexandre, jeune femme d’une rare beauté, qui désherbe sa vigne.

"Dès qu’il vit son visage, le démon se sentit le cœur transpercé. Depuis des millénaires qu’il prenait chaque année ses vacances sur la terre, jamais encore il n’avait rencontré créature aussi séduisante.
- Enfant, s’écria-t-il, ce travail n’est pas pour toi, laisse cette herbe et suis moi, je t’offre un royaume.
La jeune fille éclata d’un rire qui la fit plus radieuse et encore plus désirable.
- Des beaux parleurs dans votre genre, Monsieur, j’en rencontre chaque fois que je vais au bal. Mais le royaume qu’ils promettent ne vaut pas trois sols !
Satan, à qui personne ne s’était jamais adressé en pareils termes, se sentit littéralement transporté. Non seulement cette créature était la beauté-même, mais elle se permettait de se moquer de lui ! Vraiment, jamais il n’avait espéré pareille rencontre. Et par une chance inouïe, la Belle était pauvre."

Dans ce conte populaire, bien dans la manière des vieilles légendes rurales, le diable de Clavel se fera rouler. Mais pis encore, il va contribuer, bien involontairement, à la création d’une merveille : le vin du château d'Yquem, dont la capacité de séduction touche effectivement au surnaturel.

Petit texte extrait de Le Diable dans tous ses états de J.-F. Lecompte et J.-M. Nicollet, éditions Edite, 2003